portrait de JUJU

3 mars 2016 - 17:23

En tête à tête avec... Julien "Pauwpauw" HUMBERT (Ardavany, 2ème division)

Bienvenu chez un Ch'ti, un vrai ! installé dans le Pays basque depuis 2013, Julien Humbert est devenu le capitaine de l'Ardanavy (Lahonce-Urcuit-Briscous-Urt) et s'est bien adapté à notre région. La preuve. (par Jacky Grimaud)


Julien "Pauwpauw" Humbert, capitaine de l'ArdanavyJulien "Pauwpauw" Humbert, capitaine de l'Ardanavy Julien, pouvez-vous nous racontez comment et pourquoi vous avez joué au foot ?
Oh, pas besoin d'un grand discours ! Je joue au foot tout simplement car tout petit mon père m'a mis le nez dedans. J'ai aimé et j'ai poursuivi.

Où avez-vous fait vos premiers pas ?
Avant l'Ardanavy, je jouais au Ploegsteert en Belgique puis à la JA Armentieres avec un passage à Mouscron en Belgique également. Mais l'US Perenchies reste le club de mon coeur. Je suis du nord enfin non du Pôle nord comme disent les gens d'ici !

Pourquoi l'US Perenchies est-il votre club de coeur ?
Parce que c'est plus qu'un club pour moi : c'est une famille. J'y ai passé une partie de ma jeunesse, c'était fabuleux. Avec les autres joueurs, on se côtoyait en dehors des terrains. La cohésion de ce groupe se retrouvait sur et en dehors du terrain. C'est aussi et surtout mon entraîneur qui m'a marqué là-bas.  

MI-CH'TI, MI-BELGE

Julien avec ses anciens coéquipiers de l'US Perenchies. Julien avec ses anciens coéquipiers de l'US Perenchies. Et qui est cet entraîneur que vous gardez en mémoire ?
Arnaud Legrand. Il m'a marqué car, dès l'âge de 17 ans, il me faisait jouer en première. J'étais surclassé et il m'a épaulé dans différentes épreuves de ma vie. Il restera comme un père pour moi. Il m'a fait grandir et m'a appris des valeurs qu'on ne retrouve pas que sur un terrain de foot. Sur le terrain ça chauffait souvent car il était très exigeant et dur parfois mais les résultats étaient là.

On pensait que vous étiez Belge. Vous avez joué en Belgique, on peut comparer les deux football ?
-Non je suis français, j'habitais à la frontière. Je jouais le matin en Belgique puis l'après midi en France. Le foot en Belgique est très différent, c'est énormément de longs ballons, très physique, les contacts y sont très durs. Alors qu'en France le jeu est plus posé, il y a moins d'engagement ce qui m'a valu pas mal de cartons au départ ici.  

UN FRÈRE AU BO

Julien est aussi éducateur à l'Ardanavy Julien est aussi éducateur à l'Ardanavy Du coup, comment êtes-vous arrivé dans les Pyrénées Atlantiques ?
Je suis arrivé dans le Pays basque il y a quatre ans maintenant car mon petit frère jouait au rugby au Stade Toulousain puis il a signé au BO. Ma mère l'a rejoint en premier. Moi j'avais terminé mes études et nous sommes venus en vacances avec ma femme. Tout de suite nous avons eu un coup de coeur pour la région et sa façon de vivre. Donc nous nous sommes rapprochés de la famille.

Pourquoi avoir choisi l'Ardanavy ?
L'Ardanavy... car j'y ai retrouvé cette ambiance familiale. En plus c'est un club qui a fusionné il n'y a pas si longtemps. J'ai eu un super accueil, je me suis intégré tout de suite. L'état d'esprit est super. Puis Je ne voulais plus batailler également à faire des déplacements de deux ou trois heures pour jouer un match de foot.

Dons vous êtes bien dans ce club...
L'Ardanavy est un super club, on manque un peu d'encadrement et d'effectif mais il y a des personnes qui font un travail phénoménal. Notre président, Monsieur Crabos, est très impliqué et est le premier à chausser les crampons pour l'encadrement des jeunes, vraiment une personne à qui je tire un grand coup de chapeau.  

"PATATE", 57 CARTONS PAR SAISON !

Un petit mot sur vos partenaires et votre coach ?
Je ne peux pas les citer tous, désolé pour les autres, mais on a Alexandre Monjaret, "tonton", qui a un sens inné du but : 3 en 145 matchs joués ! Enorme... Ensuite la polyvalence de Damien Da Silva et Pierre Bagieu fait que le coach ne leur a toujours pas trouvé un poste. Il y a aussi "Patate", Florian Elizondo, calme en toutes circonstances, 57 cartons jaunes par saison... Et Mickaël Rambaud qui ne sait toujours pas quel est son bon pied. Enfin, Nico notre gardien, qui avant chaque match nous dit : " Je ne le sens pas aujourd'hui "
Le coach Kini Da Rocha est vraiment super, il doit nous supporter toute la saison. Et ça... faut le faire !

Propos recueillis par J.G.  
Julien Pauwpauw HUMBERT
Né le 18 juin 1987 à Lille
1,87 m - 87 kg
Poste : défenseur central
Parcours : Ploegsteert (1992-1995), Freleinghein (1995-1997), Armentieres (1997-2000), Mouscron (2001-2002), Lille OSC (2002-2003), US Perenchies (2003-2013), Ardanavy (depuis 2013)

Commentaires